mercredi 7 mars 2012

Le boucher et la bouchère sont heureuses

Ça y est ! Les féministes ont enfourché un nouveau cheval de bataille. Elles ont maintenant du mal à accepter que l'on dise: "Le boucher et la bouchère" sont heureux. Elles voudraient que ce soit: "Le boucher et la bouchère sont heureuses." Ainsi donc, en ce moment, il n'y a rien de plus urgent, de plus important à revendiquer !

Le féminisme est un mouvement que j'estimais assez à une époque, parce qu'effectivement, il y avait du chemin à parcourir. Ce chemin est-il parcouru aujourd'hui ? J'en doute, malgré quelques avancées non négligeables. Mais, avec de telles revendications, elles sont ni plus ni moins en train de se couvrir de ridicule et de se discréditer aux yeux de beaucoup de gens, parmi lesquels pas mal de femmes.

J'espère simplement qu'il ne s'agit que d'un effet d'annonce, avec en perspective la journée de la femme pour demain, une façon de prouver que l'on existe encore, que l'on est toujours là. Mais alors, pourquoi ne pas refuser également "bouchère" puisque ce mot est formé à partir du masculin "boucher" ? Allez, Mesdames, à vos plumes. Vous trouverez bien encore autre chose!

10 commentaires:

P. P. Lemoqeur a dit…

Bien sûr que si... Que c'est une annonce...
Si l'on voulait régler la question, il faudrait envisager une forme de neutralité, i.e de neutre... le problème c'est que déjà, d'emblée, le mot "neutre" en français est masculin...
Mal barrés...
Couillonnades ! oh pardon : Conneries...

Calyste a dit…

P.P: deux mots féminins! Attention !

laplumequivole a dit…

Mais la bouchère et le boucher sont heureux, donc...et je suis bien contente pour icelle et icelui.
Sans blague, qu'est-ce qu'elles peuvent être connes les bonnes femmes des fois ! Ça me scie.

Caly a dit…

Je dois être UN femme (et infâme?) :-)

Elles me gonflent prodigieusement avec ce genre de revendications à la con.

Il y a encore d'autres combats à mener, autrement plus importants, que de connaitre le sexe des (anges) genres !

(T'inquiètes, je râle tous les 8 mars, ça passe dès le 9 ;)

Cornus a dit…

"Je suis pour l'égalité des sexes et je prendrai moi-même des mesures" a dit celle qui fut notre seule première ministre. Il y a toujours des soucis en France sur le statut des femmes et la vigilance est toujours de mise. Je me moque royalement de ces histoires d'accords de langue. En revanche, du côté des salaires...

Rien à voir cependant avec la situation abominable dans nombre de pays d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient par exemple, comme ce fut longuement expliqué ce matin à la radio.

Boucher, bouchère... Franchement, les botanistes sont moins embêtés. Il n'en reste pas moins que la profession est clairement dominée par le genre masculin.

christophe a dit…

Oui, tout cela est parfaitement idiot. Elles diront "luttes sur le symbole", nous pourrions répondre "luttes sur le réel", à l'instar des grands combats menés par les femmes en d'autres lieux ou en d'autres temps... Cette manie de croire qu'en matière de combat, le symbole peut précéder le réel...
Grammaticalement parlant, j'ai l'impression d'assister à l'alliance de la règle de l'accord de l'adjectif avec le dernier nom (mais lorsque plusieurs sont en gradation ! ce qui n'est pas le cas ici !) et de la tendance, fâcheuse, maintes fois repérée par les correcteurs de Langue sauce piquante, à accorder le verbe non plus avec le sujet, mais avec le nom le plus proche...
>> http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2011/11/10/la-solitude-nourrissent-les-pensees-sombres-fantaisie-syntaxique/

Calyste a dit…

Christophe: ah! toi aussi, tu vas faire un tour du côté de Langue sauce piquante!
Pour les accords, il faudra que je vérifie mais il me semble me souvenir que ces libertés étaient accordées en latin (ou en grec).

Calyste a dit…

Cornus: tu parles surement de France-Inter. Je n'ai malheureusement pas pu entendre leur journée spéciale.

Caly: mais je ne m'inquiète pas. Au contraire, je t'aime bien quand tu râles!

christophe a dit…

Oh là oui, ça fait longtemps que je les lis !

Calyste a dit…

Christophe: saines lectures !