dimanche 25 juin 2017

Arnaque

Racontée par notre amie du Jura, dont le voisin, bavard et prétentieux, est un homme que je supporte (nous supportons) mal. C'est lui qui, un jour, nous avait dit : "Je ne parle pas de vous mais d'hommes normaux."Il voulait sans doute parler de mâles comme lui qui se prennent pour des Don Juan dès qu'ils croisent une femme !

Ce charmant homophobe a dernièrement rencontré au bord de la route un couple de bulgares en panne d'essence. Il s'arrête et l'homme lui demande de bien vouloir le véhiculer, lui, sa femme et son jerrican,  jusqu'à la pompe la plus proche. Au moment de payer (une trentaine d'euros), l'homme lui avoue qu'il ne possède pas de carte bleue mais a seulement sur lui des billets bulgares. Le voisin paie et le couple lui remet une bonne liasse de billets, en disant qu'il y en avait pour beaucoup plus, mais que cela paierait sa gentillesse et la peine du dérangement.

Quand le prétentieux se rend à la banque pour changer ses billets, on lui tend deux euros !

Je sais que je ne suis pas un homme "normal" mais ça ne m'a pas empêché, à cette nouvelle, d'avoir une petite érection ! Qui c'est qui l'avait eu dans le c... ?

Trouvailles (les premières de l'été)

Jura. Nos deux Dupond(t) sont là aussi, arrivés depuis quelques jours et en pleine forme, apparemment. Et, dès l'apéro, c'est parti !

-Dupond(t) : ras le bol de ces anglais. Pourquoi la frontière pour les migrants se trouve-elle à Calais ? Avec le brexit, elle devrait se trouver à Bourges ! (Traduction : Douvres !).
(Et Charles Martel, lui, a arrêté les arabes à Moitié !)

- Dupond(t) : je viens d'avoir des amis au téléphone. Ils arrivent de Grèce où ils ont fait une croisière dans les îles. Merveilleux ! Leur préférée: Saturnin. (Traduction : Santorin !)
(T'as raison, mon canard ! )

Méprise

Frédéric devait passer hier matin me prendre en voiture devant chez moi. Il m'appelle pour me dire qu'il était presque arrivé. Je descends et je vois se garer devant ma porte une voiture sombre (vous connaissez ma passion pour les voitures et la connaissance que j'en ai !). "Tiens, me dis-je in petto, comment s'est-il habillé ? Je ne lui connais pas ce pantalon prune !" Emporté par mon élan, j'ouvre le coffre pour y déposer mon sac.

Et là, je vois sortir, côté conducteur, un jeune homme que je connais pas et qui n'a rien à voir avec Frédéric. Je ne sais pas lequel des deux était le plus interloqué, mais je pense que c'était moi ! Par chance, le jeune homme était de tempérament heureux et a accepté mes explications avec le sourire ! D'autant que, juste à ce moment-là, la "vraie" voiture de Frédéric arrivait ! Quand on vous dit qu'il faut se méfier des grosses chaleurs !

De l'air, de l'air !

Petite escapade hier dans le Jura, pour la journée. Enfin des températures respirables, et même quelques gouttes de pluie en soirée. Agréable séjour où nous avons pu prendre l'apéro et manger dehors (midi et soir).

Pour la Saint-Jean, sa fête, Jean-Claude nous avait promis une surprise, en lien avec la musique, avait-il suggéré mystérieusement sans préciser davantage. Nous pensions voir arriver un ami, mais en rapport avec la musique ? Et voilà ce que, après l'apéro, nous avons vu apparaître : Jean-Claude, grossièrement déguisé avec les moyens du bord et nous interprétant tout aussi grossièrement (mais est-ce que cela méritait mieux ?)  : "Il est où, le bonheur ?" de Christophe Maé !


J'espère être aussi dynamique à son âge !

vendredi 23 juin 2017

Vive la vie !

Non, non, la canicule ne m'a pas provoqué un accès irrépressible d'euphorie tardive !
 
Voilà ce qu'adolescent, je regardais à la télévision tous les soirs (de 66 à 70). J'étais fan de ce feuilleton (on ne parlait pas de "série" à cette époque). Je viens de revoir cet épisode : calme, gentil, lent, sans prise de tête ni violence. Je me demande comment un ado maintenant réagirait en voyant ces images. Moi, aujourd'hui, je trouve ça un peu mièvre et, finalement, assez mal joué, mais touchant.


jeudi 22 juin 2017

Larcin ?

J'avais envie de fleurs et pas envie du tout d'aller jusqu'au marché, par cette chaleur de four. Alors, je me suis rendu dans ma cour, côté jardinet, quand la nuit fut tombée et j'y ai coupé quelques boules d'hortensia. 


Et même pas honte de cette soustraction : l'hortensia en question, c'est moi, pour qu'il le mette en pleine terre,  qui l'ai donné il y a des années au jeune concierge de l'époque pour lui éviter (à l'hortensia) de dépérir comme les précédents dans un pot sur mon balcon. L'hortensia en question, c'est moi qui pendant longtemps l'ai taillé, soigné seul alors qu'il se couvrait de cochenilles. Maintenant c'est la brave dame du rez-de-chaussée qui s'en occupe.

Alors j'ai pris ma récompense... et une photo alors que la chaleur avait déjà raison de lui.

Canicule

Je rêve de fjords enneigés, de grandes balades en traîneau genre Docteur Jivago, de cascades abondantes descendant des glaciers, des lacs gelés du grand nord canadien, d'une vie de manchot sur la banquise des pôles, d'esclaves avec des palmes me procurant de l'air....

Bref ! J'ai chaud !!!!