lundi 24 avril 2017

Momentini

- Rencontré mes nouveaux voisins au bureau de vote dimanche. Sur trois bureaux, deux pratiquement déserts et vingt minutes d'attente au troisième. Devinez auquel j'étais ?

- Encore des ennuis de connexion avec la fibre, et ce malgré l'intervention téléphonique (3/4 d'heure) d'un  technicien ! Je vais être obligé de retéléphoner !

- Entrepris le nettoyage (annuel, je pense) de mes vitres. J'aime toujours autant ça ! Acheté des lingettes "magiques" : pas plus efficaces que le reste ! Me reste encore deux fenêtres. Je distille le plaisir !

- Pour échapper au blabla post électoral de la télé, me suis mis sur Arte pour voir La Porte du paradis, de Cimino. Dix minutes et me suis endormi profondément ! Fait pas bon vieillir !

dimanche 23 avril 2017

Traduction

Voici un extrait de La Voix humaine de Cocteau puisque celui que j'ai posté l'autre jour était en italien. C'était pour moi l'occasion de retrouver Anna Magnani. Je précise que, contrairement à ce que dit mon titre, ce n'est pas la traduction, mais un autre extrait. Impossible de trouver autre chose sur internet. J'espère que Cornus sera satisfait !


Normandie

Voilà, ça s'éclaircit un peu ! Nous devions, à l'origine, loger dans la maison de campagne d'amis parisiens, dont un ami anciennement lyonnais. Et puis, j'ai reçu ce sms terrifiant : l'autre ami venait de se suicider en se défenestrant. Outre la peine ressentie et le souci pour l'ami restant, il n'était plus question de réaliser notre projet normand sur les mêmes bases.

Nous avons donc consulté notre site de locations habituel et sommes tous les quatre tombés d'accord sur une maison charmante (assez ressemblante à celle de Dordogne) qui nous convenait pour sa configuration, son calme, sa situation géographique et son prix.

Ce sera non plus en août mais en juillet. Nous rayonnerons depuis cette maison de Normandie intérieure. Les guides et les cartes sont achetés. Ne restent plus qu'à établir un programme approximatif des visites et je vais m'y coller, comme d'habitude. A coup sûr, nous irons à Rouen, Caen, Falaise, Gisors, Bayeux (pour la tapisserie, entre autres) et puis ailleurs selon les itinéraires.

Le contrat est signé et envoyé, ainsi que les arrhes. Restera à faire la valise, même si nous avons encore le temps. Mais ce sera bien vite là !

samedi 22 avril 2017

C'est à vous

A vous, si cela vous dit, de mettre sous cette photo un titre, une phrase ou un petit texte qu'elle vous aurait inspiré. (Vous pouvez l'agrandir en cliquant dessus.)


Je vous dirai après ce dont il s'agit réellement.

Big Brother et Tosca

Arte proposait l'autre soir la retransmission en direct de Tosca, l'opéra de Puccini, depuis le festival de Baden-Baden. Je l'avais écouté, il y a de nombreuses années, à l'opéra de Lyon, dans une mise en scène très, très classique qui m'avait valu un de mes plus beaux fous-rires : lorsque Scarpia menace de tuer l'amant de Tosca si elle ne se livre pas à lui, pour l'impressionner, il frappe des coups violents à la porte de la cellule de Caravadossi. Et le décor s'est mis alors à vaciller dangereusement, menaçant de tomber sur les interprètes, ce qui, bien évidemment, en fiche un coup au côté dramatique de la situation.

Que dire du spectacle de Baden-Baden ? Des voix impeccables et en harmonie entre elles, ce qui est, hélas, assez rare, un orchestre magistral (la Philarmonique de Berlin) et un chef d'orchestre inspiré. Que du bon donc, mais la mise en scène m'a laissé un peu perplexe : je n'ai rien contre une certaine modernisation (remarque qui porte aussi sur le physique plus crédible des divas interprétant les rôles d'amoureuses) mais que rajoute, par exemple, la présence sur scène d'ordinateurs allumés et d'écrans de surveillance ?

A l'entracte, la présentatrice, Annette Gerlach, a interviewé le metteur en scène qui a insisté sur le côté Big Brother du personnage de Scarpia, ce qui explique écrans et ordinateurs. Je veux bien, mais pourquoi chercher sans cesse un message caché dans toute œuvre du passé ? Le livret de cet opéra, pour une fois intelligent, et l'histoire bien ficelée se suffisent à eux-mêmes (j'avais justement oublié la modernité de cette intrigue). Il me semble à moi que Tosca, c'est avant tout une histoire d'amour et de jalousie, non ?

vendredi 21 avril 2017

Ou peut-être à celle-ci

Celle de la grande dame du cinéma italien !


Mon coeur s'ouvre à ta voix

Je viens d'apprendre un nouveau mot, ou plutôt un nouveau sens au mot "cristallisation" : le moment où chaque électeur fixe définitivement son choix sur tel ou tel candidat.

Alors, à la veille de ce week-end électoral, il faut bien que mon cœur s'ouvre à une voix. Eh bien, c'est décidé, j'ai fait ma "cristallisation" : en ce vendredi, je vote pour Shirley Verrett !