jeudi 17 novembre 2016

Avec ou sans Capote

J'imagine que beaucoup, en faisant des recherches sur Internet et en tombant ici, seront déçus ! Non, pas de grand débat sur l'utilité du préservatif. Quand j'écris Capote, c'est de Truman qu'il s'agit !

Pour ceux qui l'ignorent, il s'agit d'un écrivain américain (1924-1984), assez peu prolifique mais dont deux œuvres au moins ont marqué :
- d'abord Breakfast at Tiffany's 1958), surtout connu pour son adaptation cinématographique (Diamants sur canapé) en 1961 par Blake Edwards, avec Audrey Hepburn et George Peppard (la belle Audrey y chante la suave Moon River).

- ensuite et surtout pour moi In cold blood (De Sang froid) (1965). En 59, Capote apprend un quadruple meurtre (toute une famille de fermiers) dans le Kansas. En compagnie de son amie d'enfance Harper Lee (j'en profite pour vous inciter très vivement à lire aussi son roman à elle : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, une petite merveille), il va enquêter sur place et tire de ses observations ce que l'on considère comme le premier roman vérité. Ce roman est pour moi un sommet de la littérature non seulement américaine mais mondiale de par l'analyse glacée des mobiles des auteurs de ce meurtre que le lecteur est invité à vivre par procuration.

Et pourquoi parler de tout ça ? Parce que Arte a eu hier la bonne idée de consacrer sa soirée à Capote. D'abord avec un film de Bennett Miller (2006) avec Philip Seymour Hoffman dont la performance de comédien est extraordinaire (on croirait souvent le vrai Capote. Tout y est : le physique d'un homme petit et assez laid, la voix haut perchée et désagréable, les poses efféminées,...). Le film raconte justement son enquête dans le Kansas et ses relations subtiles avec l'un des assassins.
Ensuite avec un documentaire sur l'écrivain qui m'a permis d'apprendre beaucoup de choses sur cet homme dont auparavant je ne connaissais que le nom et les écrits. Un homme dont je n'aurais sans doute jamais fait un de mes amis mais dont le destin et la personnalité fascinent.

Alors, je le redis : vous DEVEZ lire De Sang froid. C'est un des rares livres qu'on n'oublie jamais.

4 commentaires:

Cornus a dit…

Oui, chef !

CHROUM-BADABAN a dit…

Oui, oui, "De Sang froid" se lit et se relit, génial ! Le film est assez bon aussi.
L'enquête me rappelle un peu celle d'A. Gide au sujet de "La séquestrée de Poitiers".
Harper Lee a écrit encore moins que Tr. Capote : deux livres. Ou plutôt un...
"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur", très bon, publié de son vivant et qui lui a assuré de gagner sa croûte pour la vie.
Un autre a été récemment publié post-mortem, ce qu'elle ne voulait pas : "Va et poste une sentinelle" archi-nul, je ne l'ai pas fini. Surtout ne pas l'acheter !
Ah, Îmmoraux z'Ayants-Droit !
Ladres, avaricieux, grigous, grippes-sous, harpagons, pisses-vinaigres, etc !

Calyste a dit…

Cornus : et plus vite que ça !

Chroum : Je ne connais pas cette enquête de Gide. Je vais chercher. J'ai failli acheter l'autre jour le second opus de Harper Lee (écrit, je crois, avant l'autre). Je vois que j'ai bien fait de m'abstenir.

Guillome a dit…

ro mince je n'ai pas encore lu de sans froid....qu'est ce que j'attends ????