mercredi 22 février 2012

Onze, sans réfléchir.

Je croyais que répondre à l'invite de Christophe allait me demander beaucoup de temps. Finalement, même pas. Peut-être parce que ses questions ne me laissent pas indifférent.

Questions de Christophe:
1 – Quelle superstition vous accordez-vous ?
2 – Le premier film vu au cinéma... Quel souvenir en gardez-vous ?
3 – Quelle chanson n'êtes-vous pas très fier d'adorer ?
4 – Votre dernier fou-rire ? A quel propos ?
5 – Histoire ou géographie ?
6 – Si la réincarnation devait exister, quelle personne célèbre (ou non) aimeriez-vous avoir été ?
7 – Votre chiffre préféré. Que vous évoque-t-il ?
8 – On est entre nous, vous pouvez bien me le dire... croyez-vous aux extraterrestres ? Aux fantômes ? Au Yéti ? Justifiez-vous...
9 – Le dernier livre lu ?
10 – Quel métier vouliez-vous faire enfant ? Quel métier aimeriez-vous exercer à présent ?
11 – Quelle phrase aimeriez-vous taguer sur un mur ?

Réponses qui me viennent, sans trop réfléchir:
1. Que le chiffre 7 a une importance dans ma vie. Je ne développe pas, j'en ai déjà parlé.
2. J'hésite entre deux: Sous le plus grand chapiteau du monde, de Cecil B. Demille, avec ma grand-mère paternelle ou Le Tigre du Bengale, de Fritz Lang avec ma tante. Pour les deux un souvenir émerveillé, le premier pour les couleurs, le second pour l'ambiance mystérieuse.
3. Je ne sais pas. Beaucoup sans doute, que je me surprends à fredonner en marchant ou en conduisant. L'une me vient souvent au volant, mais je n'ai pas honte de l'aimer. Il s'agit de Over the Rainbow, extraite du Magicien d'Oz.
4. Devant un ami plus très réveillé qui me dit qu'il connaît les dessins de Cousteau (entendre Cocteau).
5. Histoire, sans hésitation. Une véritable passion pour moi. Mais j'aimais bien aussi ce que l'on appelait autrefois la "géographie humaine".
6. Aucun, vraiment. A titre anecdotique, Pierre m'appelait souvent Caton (l'Ancien) pour ma fréquente intransigeance lorsque j'étais plus jeune. Il en subsiste parfois quelques restes, malgré la patine du temps.
7. Devinez ! (voir réponse à la première question).
9. Le Père des orphelins, de Mario Soldati. J'ai parfois de la suite dans les idées.
8. Croire en la vie, n'est-ce pas croire aux fantômes ?
10.Enfant, je voulais être missionnaire (après avoir lu Les Clés du Royaume de Cronin), directeur d'orphelinat ou instituteur. Avec le métier que j'exerce, j'ai à peu près réussi l'amalgame des trois. A présent, j'aspire au doux "métier" de retraité !
11.Je n'ai jamais aimé les tags mais s'il le faut: Après moi, le déluge.

Onze nouvelles questions:
1. Tristesse de l'érotisme ou érotisme de la tristesse?
2. Aimez-vous recevoir des cartes postales? Et en écrire ?
3. Que pensez-vous de la célèbre devise de Delphes: "Connais-toi toi-même." ?
4. Le livre (un seul) à emporter sur une île déserte ? Pourquoi ?
5. Une première fois qui resta sans suite ?
6. Le plus beau vers de la littérature française, selon vous ? Pourquoi celui-ci ?
7. Le première chose que vous feriez si vous deveniez très riche ?
8. Théâtre ou cinéma ?
9. Êtes-vous sûr de ne pas être raciste ?
10.Le dernier rêve que vous ayez fait et dont vous vous souvenez ?
11.M'aimez-vous ? (!!!)

Ceux à qui je lance l'invitation: Cornus, Karagar, Didier M., Christine, Valérie, P.P le Moqueur et Charlus, les autres auxquels je pensais ayant déjà été sollicités par ailleurs ou étant peu susceptibles de jouer à ce petit questionnaire . Tiens, je viens de me rendre compte que cela fait 7, encore! Désolé de ne pas arriver jusqu'à 11.

10 commentaires:

karagar a dit…

Bon je suis honoré de cette invitation donc je te réponds mais sans participer à la chaîne, car je ne suis pas inspiré pour 11 autres questions, - si j’ai bien compris – et je n’ai que deux ou trois contacts en dehors de toi, donc….
1/Aïe, je ne comprends pas la première question. 2/Les cartes postales j’en écris car j’imagine qu’elles font plaisir à leur destinataire mais j’ai peu d’imagination et je stresse toujours un peu de peur d’oublier de les écrire/poster ou d’en être empêché pour une raison X ou Y. 3/ Je pense y mettre une application certaine au moral, au physique c’est une autre paire de manches. 4/ Je ne suis pas un relecteur malgré ma petite mémoire de mes lectures, donc, j’imagine, un livre qu’on m’aurait conseillé. 5/ Etrange, je ne trouve pas : sans doute ne me lançé-je que dans des choses dont je sais par avance qu’elles me conviennent, sauf l’hétérosexualité mais ça a duré trop longtemps pour que ça rentre encore sous ta définition hi !hi ! 6/ Je n’en connais pas. 7/ Faire transfèrer mes rhododendrons de mon ancien jardin qui va être vendu le 16 mars et faire faire des trous géants avec de la terre de Quimper plus favorable aux rhodos que celle d’ici, et quantité d’autres choses liées aux plantes, le seul investissement qui ne me semble pas dérisoire face à notre finitude. Sinon, faire construire la harpe que j’ai dessinée en mélangeant des modèles historiques du XV et XVIIème sciècle, caisse creusée dans le saule et cordes de bronze/argent et or selon la tradition mythologique irlandaise. 8/Sans l’ombre d’une hésitation : théâtre, je n’aime guère le cinéma. 9/ La question la plus intéressante de la série selon moi, en ce qu’elle pourrait s’appliquer à beaucoup de principes que nos convictions nous inspirent et alors que notre éducation/culture, que de vieux réflexes incontrôlés nous rendent moins sûr de les respecter à 100%. Donc j’espère vraiment ne pas être raciste car c’est un défaut que j’exècre, mais contrôle-ton cela tout à fait ?? 10/je m’en souvenais au réveil mais maintenant… je fais toujours des rêves récurrents de vagues énormes et cela même depuis que j’habite en bord d’océan ! 11/ Mais je ne t’enviseage point (ni aucun autre blogueur que je ne connaitrais pas en réalité, mais il se trouve que tu es le seul à présent !) en ces termes, quelle que soit l’acception du mot, donc je ne saurais répondre à ça.

Cornus a dit…

Comme Karagar, j'ai répondu chez moi, mais en brisant la chaine comme d'habitude.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Mais !!! Je l'ai faite deux fois déjà cette chaîne. Je ne te promets rien du coup.

Jérôme a dit…

Les réponses évoquent quelques souvenirs: Cronin, que je ne crois pas pouvoir relire de nouveau et "Le Tigre du Bengale" que j'adore revoir à la télé.
J'en garde un souvenir ébloui sur les couleurs et la mise en scène, et de la beauté de Debrah Paget (je ne m'étendrais pas sur la profondeur de son jeu par contre). J'étais chez mes grands-parents quand je l'ai vu sur le petit écran à la télé. Les scènes de souterrain et avec les lépreux m'avait foutu une de ces frousses!

Kynseker a dit…

1) Une magnifique et complexe question ! Oui, l’érotisme est souvent triste pour l’âme un peu trop intellectuelle qui ne manque jamais de se dire qu’elle se laisse emporter par la chair et l’assouvissement de pulsions presque animales, le sexe suivant l’érotisme. Mais, par un petit biais, on finit très bien par s’accommoder de cette réalité et n’y voir que les plaisirs positifs. En revanche, je crois qu’il n’est pas possible de nier l’érotisme intrinsèque de la tristesse. Elle a un réel pouvoir de séduction pour celui qui sait la lire et l’aimer. La tristesse est aussi érotique pour celui qui la vit, quitte à s’y complaire parfois, il y a là aussi un côté très animal à se laisser emporter par des sentiments tristes qui semblent nous dominer.
2) J’aime beaucoup recevoir des cartes postales quand elles sont choisies avec goût et qu’elles peuvent être épinglées quelque part dans mon appartement, généralement au milieu de ma bibliothèque. Le texte est de peu d’importance, le geste se suffisant à lui-même, traduisant l’attachement. J’en écris à chaque voyage mais elles sont essentiellement familiales et un peu contraintes. Les amicales sont plus déjantées dans le texte, toujours en forme de clin d’œil.
3) Belle devise qui peut constituer une quête pour la vie entière. Une quête vaine et puis on se surprend toujours, ce qui fait le piment de la vie, parfois en bien parfois en mal.
4) Mademoiselle de Maupin. Parce que, pour tuer le temps, j’aurais envie d’en apprendre des passages entiers par cœur. Parce que la langue est superbe, luxueuse, amoureuse. Parce que l’intrigue, pour être saisie entièrement, mérite trois lectures. Parce que des passages décrivent l’évidence de la frustration, du désir, de la quête de beauté, du marivaudage, etc. Ah, Théophile !
5) La première fois qu’une fille me prit dans ses bras ?
6) Je connais trop mal la poésie et le théâtre pour me permettre de donner une réponse
7) Un grand voyage en Europe de l’est qui me mènerait d’Odessa à Saint Petersbourg
8) Le cinéma est un art plus total où on peut aimer la photographie, la musique, les acteurs, les points de vue, l’intrigue. Le théâtre me déçoit souvent par ses mises en scène, ses excès.
9) Ne pas être raciste est une lutte de tous les jours. La ville où je vis actuellement me dispense de me poser la question étant très bourgeoise et très blanche. Ca ne plait pas à tout le monde d’ailleurs. Le confort que j’y trouve me porte à répondre non à cette question.
10) Je fais plus souvent des rêves éveillé
11) Ce que vous écrivez et laissez paraître en tout cas

Calyste a dit…

A tous: la dernière question était bien sûr une plaisanterie. En fait, je ne trouvais pas de 11°. Je ne pensais pas que vous alliez répondre aussi sérieusement.

Karagar: merci de ta longue réponse. En fait, moi aussi, d'habitude, je brise les chaînes. sans être pour autant SM, on est bien d'accord!...

Cornus: merci à toi aussi. J'irai mettre un commentaire chez toi.

Valérie: excuse-moi, je ne savais pas, et tu es donc toute pardonnée.

Jérôme: moi non plus, je ne crois pas pouvoir et surtout vouloir relire Cronin: trop peur d'être déçu. Pour Le Tigre, je sais qu'il est passé un jour à la télé mais je n'étais pas chez moi et j'ai l'impression que sa rediffusion se fait attendre.

Kynseker: je ne pensais pas que cela vous tenterait mais je suis ravi de votre participation. Je me retrouve parfaitement dans votre réponse à la première question, entre autres.

Christine a dit…

Excuse-moi Calyste pour cette réponse tardive.

1. A vrai dire, l'érotisme me semble gai! Surtout quand les flèches de Cupidon sont d'or...
2. J'aime en recevoir quand elles sont le témoignage d'une pensée sincère et singulière. J'aime les choisir et les écrire, quand me viennent d'autres mots que "Bons baisers de..."
3.On n'en a jamais fini avec soi! Je crois que je ne me connais pas vraiment, la vie se chargeant de me perdre sur des chemins inattendus.
4. Un recueil de poésies parce qu'on peut s'en nourrir à vie (les réciter dans tous les sens, les plagier, les chanter,les explorer)
5.Je ne sais pas. Tendance à insister... On ne se refait pas!
6.Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue (j'aime parce que le U fiche une grosse pagaille dans tous ces I qui sourient...)
7.En toute certitude je continue à travailler, autrement.
8. Les deux mon capitaine, du moment que le spectacle est bon, très bon!
9. Sûre, je ne sais pas. Je fais tout pour ne pas l'être. Mais c'est comme le Dîner de cons; on est toujours le con de quelqu'un
10. Je fais plutôt des cauchemars en ce moment.
11. Comme j'ai du mal à savoir qui je suis, je ne peux pas savoir qui tu es... Donc, je continue à fréquenter ton blog pour mieux te connaître. Est-ce une bonne idée, je n'en sais rien...

Calyste a dit…

Christine: merci de ta participation, pas si tardive que ça. J'aime beaucoup ta réponse 6. En plus, Phèdre! C'est sans doute cette œuvre que j'emporterais sur une île déserte.

christophe a dit…

Ah oui, les fameux dessins érotiques de Cousteau... Des marins chevauchant des dauphins !
Sous le plus grand chapiteau du monde n'est peut-être pas le souvenir le plus ancien des films que j'ai vus, mais je me souviens très bien des impressions qu'il faisait sur moi. Ah et Charlton Heston... Ah et le petit chien du clown... Ah et le déraillement...
Merci de t'être prêté au jeu.

Calyste a dit…

Christophe: comme je l'ai dit, j'ai fait ça très vite et sans beaucoup réfléchir. Je crois que c'est là la meilleure façon de répondre.