vendredi 12 avril 2024

Un père extraordinaire

Mon vieux

La pudeur encombrante

Comme il est difficile de parler de son père ! Cette vieille pudeur qu'il a toujours observé dans la manifestation des sentiments et qu'i m'a refilée. J'avais tendu la perche à Bleck qui l'a saisie. Je ne peux faire moins que de lui rendre la pareille. 

Mon père était toujours absent et, quand il était là, il dormait. Gros boulot : mineur et déchargeur de camions au halles de Saint-Etienne. En plus, nous avions la ferme et il était aussi le tueur de cochons de tout le village (et alentours). Quand il était là, j'avais du mal à supporter son autorité, ce qui, longtemps, me le fit mal comprendre. Il aimait le grand air, j'aimais lire. Il aimait bricoler, j'avais deux mains gauches. Il voulait qu'on se bouge, je rêvassais. 

Pourtant, c'est lui qui m'a poussé à continuer mes études, contre vents et marées. Pas question que j'arrête même s'il devait pour assurer ça se saigner aux quatre veines. Quand je suis parti à Lyon, je me suis éloigné de lui, avant de me rapprocher de lui. A la mort de mon copain d'enfance, Yvon, il m'a bouleversé : pas un mot, juste une petite tape sur l'épaule. Une infinie tendresse. Lorsque ils sont venus s'installer à Lyon, j'ai eu très peur. Pas pour moi : j'étais déjà indépendant. Mais pour eux qui n'avait jamais vécu dans une grande ville. Un coup de veine : il a dégoté un poste de jardinier dans une clinique avec un grand parc. J'aimais allé avec lui dans la vieille serre. Il m'a appris, mine de rien, à aimer la nature, les plantes, la vie dehors. Lui a commencé à lire. deuxième immense émotion : il m'a un jour demandé mon avis sur l'achat d'une maison de campagne. J'existais.

A sa mort, j'étais près de lui. Quelques jours avant, je l'avais remercié, brisant ainsi la dernière barrière de cette pudeur des sentiments, origine de mon incompréhension. J'ai longtemps été con avec lui. Maintenant je sais que je lui ressemble, immensément.

jeudi 11 avril 2024

Va falloir que j'y retourne !

Découverte de nouvelles fresques à Pompéi

La prochaine balade ?

Bien que je connaisse déjà, ne serait-ce que par son festival de musique baroque. 


Ou alors, ce sera là (que je connais aussi) :

La bande annonce de Occupied.

Momentini

- Les travaux continuent dans ma rue. Aujourd'hui, on nous a encore coupé l'eau ! J'en ai ras le bol, pour aller faire mes courses, de passer dans ce décor de guerre. Et je plains les plus vieux que moi et les handicapés. Et cela risque de durer encore des mois.

- Mon ami Emile est sorti aujourd'hui de l'hôpital après trois jours de soins en chimio. Ca me perturbe beaucoup. J'ai déjà perdu tant d'amis. Et je les crois toujours éternels. 

- Pas de balades cette semaine. Je suis très fatigué, au point d'avoir failli aller consulter. Je ne fais que dormir. Et moi qui ne fais que très peu de cauchemars, mes nuits sont agitées en ce moment?. Changements de temps ? Nouvelles sombres d'un peu partout ? Effets du vieillissement ? 

- Une bonne série (trois saisons) en replay sur Arte : Occupied, venue de Norvège sur une idée de l'écrivain Jo Nesbo. Le sujet : la Norvège est peu à peu occupée par les russes. Bien que ça n'aie rien à voir, ça me rappelle parfois Baron Noir. En tout aussi tordu.

mercredi 10 avril 2024

Le Déluge

Et Dieu dit, regrettant l'excès de sa bonté

- La terre que j'ai faite est livrée au désordre ;

Elle ignore mon nom et méprise mon ordre ;

Demain son dernier jour enfin sera compté.


Il verse des torrents ; et c'est sa volonté

Que ces eaux de vengeance aillent couvrir ou mordre

Des gorges et des bras que l'horreur fait se tordre...

Mais l'amour ne meurt pas et l'homme est indompté.


Ton œuvre, Dieu puissant, tristement se délabre,

Et la terre s'en va, masse mouvante et glabre,

Comme aux jours primitifs de ses sentiers obscurs.


Et, pour mieux outrager ta justice suprême,

Elle porte à son front, comme un fier diadème,

L'horrible enlacement des cadavres impurs.


Léon-Pamphile Le May

Le nez de Cléopâtre ?

Et pourquoi pas la peinture ? (276)

Le Musée des Augustins de Toulouse.

La mort de Cléopâtre (1700-1715), Antoine Rivalz

Le sultan du Maroc Moulay Abd-er-Rahman (1845), Eugène Delacroix

Le massage, scène de hammam (1883), Édouard Debat-Ponsan 

Portrait de Français Gauzi (1888), Toulouse Lautrec

Le Christ en croix (entre 1401 et 1500), Anonyme italien du sud
  
Vase de fleurs (1651), Willem van Aelst  

Le martyre de St Jacques (vers 1637), Thomas Willeboirts Bosschaert 

Conquête de passage (1896), Toulouse Lautrec

L'Humanité avant le Déluge (1615), Cornelis van Haarlem

mardi 9 avril 2024

Parlez-moi de l'ego !

Balades anodines (4)

Au Musée Archéologique, on fait tout et n'importe quoi pour attirer les enfants. (J'y emmenais chaque année mes élèves mais n'utilisais pas de lego !)






Bonne fête

Le 09 avril, c'est la sainte Dimitri,  tout le monde le sait. Mais quelle honte d'oublier tous les autres, qui n'apparaissent plus sur les calendriers. Pour réparer cette injustice, pensons tous à souhaiter une bonne fête aux Acace, Casilda, Demetrius, Edèse, Epaphras, Eupsyche, Gaucher, Hugues (de Rouen), Liboire, Notger, Ubald, Vadim, Waudru. Je compte sur vous ! Enfin, si vous en connaissez ... 

Vadim ? Déjà ?

lundi 8 avril 2024

Balades anodines (3)

Le Musée Archéologique : éléments de collection (j'ai essayé de ne pas photographier les mêmes que d'habitude).

Détail de sarcophage

Pompe

Détail de sarcophage

Cotte de maille

Hermès

Jeune fille assise

Diane


Cheval gagnant

Four de potier





Mosaïque aux poissons


Vache





Urnes funéraires




Sarcophage


Le repas du défunt


Fragment de sarcophage chrétien


C'est à vous

A vous, si cela vous dit, de mettre sous cette photo un titre, une phrase ou un petit texte qu'elle vous aurait inspiré. (Vous pouvez l'agrandir en cliquant dessus.)

Balades anodines (2)

Le dimanche, j'accédai enfin aux théâtres romains. Pour très peu de temps : les gardiens fermaient le site pour cause de vent violent annoncé. Mais le musée restait ouvert (et gratuit en ce premier dimanche du mois). Je le connais presque par cœur mais ne m'en lasse pas, aussi bien de ses collections que de son architecture. . 

L'architecture :